Actualités



Belgocatering sert du café honnête et de qualité supérieure avec OR
17 juin 2021

Belgocatering sert du café honnête et de qualité supérieure avec OR

Pour ses grains de café haut de gamme, Belgocatering a choisi de travailler en exclusivité avec le torréfacteur OR à Westrem. Cette torréfaction belge de premier ordre a été créée en 2001 par les experts en café Tom Janssen et Katrien Pauwels. Une référence absolue dans leur domaine, ce qui en fait un choix logique pour Belgocatering. Bien qu'OR soit un acteur relativement petit sur le gigantesque marché du café, ils sont les plus grands torréfacteurs “specialty” de notre pays.

Specialty comment ? Ceci nécessite une petite explication supplémentaire !

Nous avons parlé à la fondatrice Katrien autour d'une délicieuse tasse de café, bien sûr.

 

Katrien, dites-nous, le plus grand torréfacteur “specialty” de Belgique, qu'est-ce que cela signifie exactement ?

Katrien : "On peut grossièrement diviser le secteur du café en 2 groupes : le café conventionnel et le café de spécialité. Le terme "café de spécialité" fait en fait référence à la qualité du café. La qualité du café est classée par un système mondial de points universels. Lors de la dégustation et de l'évaluation du café, les points sont attribués sur un total de 100. Le café de spécialité n'est donc qu'un autre mot pour désigner "la crème de la crème des grains de café".

Le marché le plus important est bien sûr celui du café ordinaire, conventionnel, dont les marques industrielles représentent le plus gros volume. Chez OR, nous n'achetons que du café répondant au grade de spécialité 86+."

 

Ces haricots de haute qualité proviennent-ils d'un pays spécifique ?

Katrien : "Pas du tout ! Nous achetons dans 8 pays différents : Éthiopie, Burundi, Rwanda, Brésil, Colombie, Pérou, Salvador et Costa Rica. Cela aussi est unique : nous sommes les seuls à acheter tout notre café directement auprès du producteur ou de la coopérative dans le pays d'origine, sans passer par un intermédiaire ou un négociant. Le grand avantage est que nous pouvons travailler en étroite collaboration avec les agriculteurs pour améliorer les processus et la qualité. Cet approvisionnement direct offre également un avantage significatif à nos clients : avec nous, vous payez pour la qualité du café, et non pour le vaste réseau d'intermédiaires et de négociants. Après l'achat, le café est acheminé par conteneur en Belgique et nous le torréfions ici, dans notre torréfaction de Westrem.

 

L'une de vos devises est "close to nature". Pouvez-vous l'expliquer ?

Katrien : "Close to nature" fait référence au caractère organique du café. Nous avons des cafés biologiques avec et sans le label biologique. C'est une chose que beaucoup de gens ignorent : des produits peuvent être 100 % biologiques sans pour autant porter un label biologique. C'est souvent le cas des petits agriculteurs qui n'ont pas le budget nécessaire pour obtenir la certification.

Pour nous, le plus important est que nous savons comment le café a été cultivé, grâce à notre contact transparent et direct. Il serait contraire à notre philosophie de ne pas acheter un café biologique parce que le producteur n'a pas le budget nécessaire pour payer la certification. De cette façon, ni l'agriculteur ni nous n'obtenons quoi que ce soit. Ce sont souvent les petits exploitants qui ne sont pas certifiés et ce sont souvent les petits exploitants qui produisent le café de meilleure qualité.

 

Vous avez créé un mélange spécial Belgocatering, pouvez-vous nous en dire plus ?

Katrien : C'est ça ! Nous avons élaboré un mélange qui ne fait pas partie de notre gamme standard et qui répond à la norme des cafés de spécialité. C'est un mélange de 70% de Colombie et 30% d'Ethiopie. Et j'ai entendu dire que vous receviez beaucoup de commentaires positifs à son sujet, ce qui est formidable pour nous, bien sûr !

 

Enfin, y a-t-il une connaissance du café que vous aimeriez partager avec nous ?

 

Katrien - "Absolument ! On entend parfois quelqu'un dire que le café lui donne mal au ventre. Eh bien, non, ce n'est pas vrai. Les gens ont des problèmes avec le café qui a été cueilli vert. L’explication ? Le café est en fait une sorte de fruit, une cerise qui pousse sur un buisson. On peut comparer cela à la consommation de cerises vertes, qui vous donnerait sans doute aussi mal au ventre, n'est-ce pas ? Et c'est la même chose avec le café. En tant que consommateur, vous ne pouvez pas savoir, à partir du café torréfié, s'il a été cueilli à maturité ou non.

Avec la cueillette manuelle, seules les baies mûres sont cueillies, tandis que la cueillette mécanique, qui est beaucoup moins chère, permet de cueillir tous les fruits, qu'ils soient verts, mûrs ou trop mûrs, en une seule fois. Résultat... moins de qualité et des maux d'estomac ! Vous voyez donc qu'il faut choisir la bonne qualité pour le bien du goût et pour le bien de votre estomac (rires).

 

Top, merci de m'avoir expliqué tout ça Katrien, je vais prendre un autre café !